Ressources

AtoutDys a pour but d’informer le grand public, de former les personnes qui le désirent, de partager les avancées de la recherche et de représenter les personnes dys et/ou TDAH dans les différentes instances. Ces différentes actions sont faites par les acteurs bénévoles d’AtoutDys.

Aussi si vous avez besoin d’un renseignement spécifique à un instant T concernant votre situation en tant qu’adulte, ou celle de votre enfant, nous vous conseillons de vous mettre directement en relation avec les associations de familles ou de parents d’élèves de votre département. Elles seront vous apporter une réponse au plus près de vos besoins.

En voici les principales sur la région Auvergne-Rhône-Alpes. Par contre si vous cherchez une association de familles dans une autre région de France, ou si vous avez besoin de renseignements complémentaires, contactez la FFDYS (Fédération Française des Dys).

Aide - Trouver des informations

Dans le Rhône, association sur la scolarisation et la formation des élèves en situation de handicap.

LA COURTE ECHELLE

https://www.lacourte-echelle.org

FFDYS (Fédération Française des Dys)

La Fédération a été créée en 1998 sous le nom de F.L.A. (Fédération française des troubles spécifiques du Langage et des Apprentissages). Elle regroupe les différentes associations spécialisées dans le domaine des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, en particulier la dyslexie, la dysphasie, la dyspraxie.

En 2005, elle entre au Comité d’Entente des associations représentatives de personnes handicapées et de parents d’enfants handicapés, puis est nommée par le Ministre Délégué aux Personnes handicapées pour siéger au sein du CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées). Sa participation active dans ces instances ainsi que sa participation à de nombreux groupes de travail renforce son rôle. Ses responsabilités s’accroissent : la Fédération amplifie ses actions de communication auprès des parents, des personnes handicapées et des professionnels.

En 2006, la Fédération lance la constitution d’un Comité scientifique. Grâce à la formalisation de ce comité, la F.L.A. bénéficie d’un support scientifique pour la confirmation de ses choix et par là même de ses revendications. Elle organise également la première Journée Nationale des Dys en partenariat avec la Fédération des APAJH le 10/10/2006.

En mai 2009, la F.L.A. devient la FFDys (Fédération française des Dys). Après le succès des premières Journées Nationales des DYS, le terme « Dys » s’impose de plus en plus dans le langage courant pour désigner les troubles spécifiques du langage et des apprentissages.

Le Livre Blanc

Le livre Blanc de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour voir l’état des lieux en 2017, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a fait des troubles dys sa première Grande Cause et a édité un Livre Blanc, fruit d’une réflexion menée à l’échelle régionales avec l’ensemble des acteurs concernés :

  • Une trentaine d’entretiens auprès de personnes ressources,
  • Des ateliers de travail à l’Hôtel de Région de Lyon,
  • Les Assises des Dys avec plus de 120 personnes,
  • 32 contributions écrites de différentes institutions, associations, professionnels et particuliers,
  • plus de 1 000 réponses à un questionnaire.
Vidéos de conférences

Troubles Dys, la scolarisation, l’emploi : suivre l’actualité, trouver des renseignements…

La dyslexie à l'université : comprendre pour mieux accompagner 1/2

Résumé : si depuis une quinzaine d’années la prise en charge précoce des élèves présentant un trouble spécifique des apprentissages a nettement progressé, la situation reste difficile pour les étudiants du supérieur qui présentent une dyslexie. Mieux connaître leurs difficultés ainsi que leurs stratégies de compensation pour favoriser leur réussite académique, c’est le thème de cette conférence organisée dans le cadre de la Semaine du Cerveau 2018.

Vidéo 1/2 par : Eddy Cavalli (Laboratoire d’Etude des Mécanismes Cognitifs (EMC), Université Lumière Lyon 2).

Vidéo de 36 min (conférence)

Vidéo 2/2 par : Audrey Mazur-Palandre (LabEx ASLAN et laboratoire CNRS/ICAR).

Vidéo de 32 min (conférence)

L'impact des troubles dys dans les apprentissages

Michèle MAZEAU  donne des clés de compréhension des (troubles dys et explique leur impact dans la vie scolaire et personnelle, puis elle conseille les adaptations à mettre en place en surexploitant les points forts des élèves concernés pour favoriser l’inclusion scolaire.

Comprendre les difficultés en maths des enfants dyspraxiques

Alice Gomez, (Enseignante chercheuse à l’INSPE et responsable du master Education Inclusive à l’Université Lyon 1) explique ce qui conditionne l’apprentissage des mathématiques, les difficultés des enfants dyspraxiques dans cette matière et comment les aider à les surmonter.

La BMT-i : outil informatisé pour le 1er examen des troubles d’apprentissage

Destinée à tous les cliniciens, rigoureusement normée, la BMT-i permet une évaluation du langage écrit (lecture vitesse, précision et compréhension), de la cognition mathématique (numération, calcul et résolution de problèmes) ainsi que des fonctions verbales, non verbales et attentionnelles. Présentation par les auteures : Dr Catherine Billard, Anne Mirassou, Monique Touzin. Webinaire organisé par l’ARTA et la FFDys avec le soutien de l’AFPA et de la SFPEADA.

Articles

Les troubles DYS.

Troubles spécifiques liés à un dysfonctionnement d’une fonction cognitive (dysphasie, dyspraxie, trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) ou d’un apprentissage académique (dyslexie, dyscalculie, dysgraphie, dysorthographie).

Une grande difficulté à lire, à écrire, à s’exprimer ou à se concentrer a longtemps été synonyme d’échec scolaire. Pourtant, les élèves concernés sont tout aussi intelligents que les autres ! Mais pour développer tout leur potentiel, une prise en charge et des dispositifs adaptés doivent être mis en place dès leur plus jeune âge.

Article du magazine de l’Inserm n°44 (septembre 2019).

Trouble développemental de la coordination ou dyspraxie

Ce document présente la synthèse et les recommandations issues des travaux du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective pour répondre à la demande de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie concernant l’accompagnement et la prise en charge des personnes présentant un trouble développemental de la coordination ou dyspraxie. Ce travail s’appuie essentiellement sur les données issues de la littérature scientifique disponible lors du deuxième trimestre 2017. Près de 1 400 documents ont été rassemblés à partir de l’interrogation de différentes bases de données (Pubmed, Web of Sciences, PsycINFO, Scopus, Pascal, Eric, Cairn, Francis, SocINDEX, BDSP). Le pôle Expertise collective de l’Inserm, rattaché à l’institut thématique Santé publique, a assuré la coordination de cette expertise.

Expertise collective Inserm (décembre 2019).

Recommandations et guides

Repérage précoce TND (pour les médecins)

Pour les médecins : un livret propose des signes d’alerte simples pour faciliter le repérage précoce des TND (troubles du neuro-développement).

TND : troubles Dys, TDAH, Troubles du Spectre Autistique, Troubles du Développement Intellectuel…

Brochure à remplir par le médecin – Secrétariat d’Etat stratégie autisme et TND (janvier 2020).

"DYS : recommandations (parcours de santé)"

Comment améliorer le parcours de santé d’un enfant avec troubles spécifiques du langage et des apprentissages ?

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages (TSLA) appelés communément   « troubles dys » sont la conséquence d’anomalies dans le développement cognitif de l’enfant. Fréquents et durables, ils ont des répercussions sur la vie quotidienne des enfants, sur leurs apprentissages scolaires mais aussi plus tard sur la vie sociale et professionnelle. Ces conséquences peuvent être prévenues ou atténuées par une prise en charge précoce et adaptée.

Article Haute Autorité de Santé (janvier 2018).

TDAH : recommandations (pour les médecins)

L’objectif de cette recommandation est d’aider les médecins assurant les soins de premier recours et face à un enfant ou un adolescent présentant des signes évocateurs d’un TDAH :

  • à mener leur mission de repérage du trouble ;
  • à conduire une démarche diagnostique initiale et d’orientation dans le système de soins ;
  • à participer au suivi en collaboration avec un médecin spécialiste du trouble, ayant acquis une compétence dans le diagnostic et la prise en charge du TDAH.

Article Haute Autorité de Santé (février 2015).

DYS : guide d'appui pour l'élaboration de réponses

Guide d’appui pour l’élaboration de réponses aux besoins des personnes destiné aux équipes pluridisciplinaires des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) et à leurs partenaires, accompagnant la personne handicapée et/ou intervenant auprès d’elle.

Dossier technique Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (décembre 2014).

Guide éligibilités MDPH

Guide des éligibilités pour les décisions prises dans les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Dossier technique Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (mai 2013).

Innovation

Travaux de recherche

Tous les travaux présentés restent la propriété et sous la responsabilité de leurs auteurs. Liste non exhaustive.

ISC

Si votre enfant est dyspraxique, a entre 7 et 12 ans, veut aider la recherche pour mieux comprendre ce qu’est la dyspraxie et comment développer des outils pour mieux la compenser ; il ou elle peut participer à des activités, sous forme de jeux avec des chercheurs. Sa participation sera récompensée avec un nouveau compagnon à emporter à la fin de la passation qui se déroulera à l’Institut des Sciences Cognitives à côté de l’hôpital Femme Mère Enfant à Bron. Pour avoir plus de renseignements écrivez à Thomas : dyspraxie.isc.cnrs@gmail.com ou téléphonez au 06 78 05 01 46.

IMPACT

Le laboratoire IMPACT de l’#INSERM Lyon propose à des jeunes #dysphasiques de 10 à 17 ans de participer à une étude pour aider la recherche
Les chercheurs souhaitent tester l’hypothèse qu’un entrainement moteur avec un outil mécanique peut engendrer des bénéfices dans les compétences langagières chez les personnes avec un #trouble du développement du langage (TDL).
L’expérience ne se fait qu’une seule fois. Elle consiste en une tâche motrice plutôt ludique, adaptée à partir d’un test standardisé, dans laquelle le jeune doit placer des pions dans une planche percée à l’aide d’une pince. Avant et après cela, il lui est proposé un exercice sur ordinateur dans le but de mesurer les habiletés de traitement de phrases à la syntaxe plus ou moins complexe.
Lieux : La passation peut se faire là où les jeunes et les parents le souhaitent pourvu que le lieu proposé soit tranquille et permette aux jeunes de concentrer. Préférablement dans les locaux du laboratoire IMPACT du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (16 avenue du Doyen Lépine) ou dans les locaux de DDL (centre Berthelot, Lyon 7e), mais nous pouvons envisager de nous déplacer avec le matériel nécessaire si cela peut faciliter la participation.
La participation sera récompensée par un petit jeu ou bon d’achat selon le souhait des jeunes. La présence des parents n’est pas requise pendant la passation.
Tout le matériel utilisé est non dangereux et à n’importe quel moment il est possible de s’arrêter.
Ecrivez à :
Marie DUFOUR, étudiante Master 1 en orthophonie : marie.dufour@etu.u-bordeaux.fr
Claudio BROZZOLI, chercheur équipe ImpAct, INSERM: claudio.brozzoli@inserm.fr

DYSuccess

Réussite scolaire des lycéens dyslexiques

Résumé : comment prédire la réussite scolaire des lycéens dyslexiques scolarisés en lycées généraux / technologiques et professionnels ?

Objectifs :

  1. Etudier les compétences cognitives qui permettent aux lycéens dyslexiques de compenser leurs difficultés en lecture et orthographe.
  2. Etudier le fonctionnement cérébral (imagerie cérébrale) qui permet aux lycéens dyslexiques de compenser leurs difficultés en lecture et orthographe.

Les enjeux :

  • Faire progresser la science sur la dyslexie,
  • Comprendre et favoriser la réussite scolaire des élèves dyslexiques,
  • Proposer des outils de remédiations efficaces et adaptés.

En participant, cela vous permet de…

  • Découvrir le monde de la recherche en psychologie et en neurosciences,
  • Rencontrer des étudiants de master en Psychologie et en Sciences Cognitives de Lyon 2,
  • Mieux connaître et comprendre son cerveau !

Par : Eddy Cavalli (Laboratoire d’Etude des Mécanismes Cognitifs (EMC), Université Lumière Lyon 2).

Dyslexie SPOTLIGHT

Compréhension de la dyslexie par la dimension visuo-attentionnelle.

Résumé : la difficulté d’apprentissage de la lecture peut causer un retard scolaire ; de plus, tout au long de notre vie, nous sommes confrontés à du texte écrit. Les recherches sur la dyslexie se basent le plus souvent sur l’aspect phonologique (transposition de ce que l’on voit en son).

Dans nos travaux, nous voulons explorer la part visuo-attentionnelle (distribution spatiale des ressources attentionnelles entre les différents éléments visuels, notamment les différentes lignes constituant les symboles), qui est pour le moment assez peu étudiée. L’objectif de cette recherche est de prouver qu’un problème visuo-attentionnel peut être à l’origine d’une dyslexie. On pourrait ainsi améliorer le diagnostic et la prise en charge des enfants dyslexiques suivant le déficit observé (phonologique ou visuo-attentionnel).

Par : Laure PISELLA (CNRS / INSERM), Audrey VIALATTE (CRNL, INSERM U1028 CNRS UMR5292, équipe ImpAct).

Plus d’information sur le contenu des entretiens :

A destination des enfants

A destination des parents

ODYSSEE

Le cerveau au rythme de la parole dans la dysphasie

Résumé : si l’information écrite est composée de mots séparés par des espaces, il en est tout autrement pour l’information auditive de parole dans laquelle les éléments s’enchaînent à une vitesse moyenne de 200 mots par minute. Pourtant, en tant qu’auditeurs experts, nous décodons la parole avec une rapidité et une efficacité déconcertantes, même dans des conditions d’écoute peu optimales. Les recherches actuelles suggèrent que les neurones du cerveau sont capables de synchroniser leur activité rythmique sur le rythme de la parole, ce qui faciliterait le découpage du flux continu de parole en syllabes, mots et groupes de mots. Mais qu’en est-il dans la dysphasie ?

Dans une première étude, nous avons montré que les enfants dysphasiques éprouvaient des difficultés particulières pour comprendre la parole produite à un débit rapide, une situation à laquelle ils sont confrontés dans la vie quotidienne. Notre hypothèse est que ces difficultés pourraient résulter d’une synchronisation moins efficace entre les rythmes du cerveau et le rythme de la parole. Notre projet vise à tester cette hypothèse en enregistrant l’activité cérébrale d’enfants dysphasiques au moyen d’une technique non invasive, la magnétoencéphalographie (MEG), pendant qu’ils écoutent des phrases produites à un débit plus ou moins rapide.

Contact : Véronique Boulenger (CNRS, Laboratoire Dynamique du Langage DDL) et Hélène Guiraud (Laboratoire Vision Action Cognition, Université Paris Descartes).

FLEXiDYS

Production textuelle d’étudiants dyslexiques

Résumé : une des difficultés des étudiants dyslexiques concerne la production textuelle, très sollicitée à l’Université mais bien rarement au centre des études scientifiques. FLEXiDYS a pour objectif d’analyser les textes d’étudiants dyslexiques et contrôles dans une perspective syntaxique et discursive. Ce projet est l’occasion de développer la recherche et de prévoir des actions de sensibilisation et formation pour un trouble trop peu étudié chez le jeune adulte.

Par : Audrey Mazur-Palandre (LabEx ASLAN et laboratoire CNRS/ICAR, UMR 5191), avec la participation de : Raphaëlle Abadie (Psychologue-Neuropsychologue, Centre d’Action Médico-Sociale Précoce de Décines et cabinet libéral, Lyon), Florence Chenu et Harriet Jisa (Laboratoire DDL, UMR 5596, CNRS et Université Lyon 2), Céline Faure, (statisticienne, ISH), Louis Maritaud (doctorant à l’université Lyon 2 et au laboratoire CNRS ICAR), Martine Marquillo Larruy et Sandra Teston-Bonnard (Laboratoire ICAR, UMR 5191, CNRS, Université Lyon 2 et ENS de Lyon), Gerald Niccolai (ICAR / Laboratoire de l’éducation – LLE), Nicole Philibert (Association Dystinguons-Nous !), Marie-Claire Thiollier (orthophoniste, réseau Dys/10), Agnès Witko (MCU SDL Orthophonie, DDL).

Projets de recherche clôturés

ETUDYS

Accueil, intégration et accompagnement des ETUdiants DYSlexiques à l’Université

Résumé : Face aux difficultés des étudiants dyslexiques à l’Université, une réflexion s’engage entre des laboratoires de recherche, des professionnels de la santé et la Mission Handicap de l’Université de Lyon afin de reconsidérer leur accueil dans l’Enseignement Supérieur. Notre projet suit deux objectifs principaux :

1- Comprendre les particularités des étudiants dyslexiques du point de vue sociologique, cognitif et linguistique, au moyen d’une enquête, mais aussi d’expériences évaluant et précisant les difficultés attentionnelles et linguistiques en production écrite, et en évaluant l’impact de programmes de remédiation  attentionnelle ;

2- Assurer la sensibilisation du monde universitaire à la dyslexie.

Le projet ETUDYS a été mené en étroite collaboration entre quatre partenaires : le LabEx ASLAN (N. Bedoin, H. Jisa, A. Mazur-Palandre, G. Niccolai), la Mission Handicap de l’Université de Lyon (L. Dumaz), le LabEx CORTEX (J.-Ph. Lachaux) et l’ISH de Lyon (C. Faure). À ces institutions publiques, se sont associés des praticiens hospitaliers (une neurologue, S. Gonzales-Monge, et une neuropsychologue, L. Laplume). Ce consortium a la particularité de rassembler les compétences nécessaires en linguistique, psycholinguistique, psychologie cognitive, neurosciences, neuropsychologie et statistique.

Par : Audrey Mazur-Palandre (ICAR / ASLAN), Nathalie Bedoin (DDL / ASLAN), Lucie Dumaz (UdL), Céline Faure (ISH), Sibylle Gonzales-Monge (Praticien hospitalier), Harriet Jisa (DDL / ASLAN), Jean-Philippe Lachaux (INSERM U108 CRNL / CORTEX), Lina Laplume (praticien hospitalier), Gerald P. Niccolai (ICAR / ASLAN).

DYS’R’ABLE

Le projet DYS’R’ABLE vise à faire l’état des lieux concernant l’apprentissage de l’anglais et les compétences rédactionnelles des étudiants dyslexiques à l’Université de Lyon. La maîtrise de l’anglais et les capacités à produire un discours cohésif et cohérent sont garants de réussites universitaire et professionnelle. En ce sens, nous proposons :

1- D’observer et analyser les difficultés en apprentissage de l’anglais et en rédaction de discours formels, telles que perçues subjectivement par les étudiants dyslexiques mais aussi évaluées objectivement (par le biais d’expérimentations) ;

2- De proposer des remédiations ainsi que d’établir un programme de valorisation du projet.

Par : Audrey Mazur-Palandre (ASLAN, CNRS/ICAR), Nathalie Bedoin (DDL / ASLAN), Lucie Dumaz (UdL), Céline Faure (ISH), Emmanuel Ferragne, Florence Chenu (DDL / ASLAN), Raphaëlle Abadie (neuropsychologue), Jennifer Krzonowski (DDL / ASLAN), Barbara Tillman (CRNL).

Avancez avec nous !